Quelles techniques pour pêcher coquillages et crustacés ?

Savez-vous comment sont pêchés les coquillages et les crustacés qui vous retrouvez sur l’étal de votre poissonnier ? 4 Pleasure vous explique deux techniques phares utilisées par les pêcheurs marins français !

La pêche à la drague

Comme la technique de la pêche au filet est efficace pour capturer les bancs de poisson, la drague est le dispositif idéal pour attraper les coquillages se trouvant sur les gisements naturels marins.

Constituée d’une armature sur laquelle est fixée une poche ainsi que d’une barre inférieure en forme de peigne, la drague est trainée sur le fond par un navire de pêche et déterre les coquillages enfouis dans le sable ou dans la vase marine. Cette technique n’est utilisée que sur une courte distance. Ainsi, 80% des dragueurs font moins de 12 mètres et pratiquent une pêche côtière*.

Les dragues sont des dispositifs sélectifs : les dimensions de la poche et de l’armature permettent aux plus petits individus de s’échapper ou de ne pas être pris.

La pêche aux nasses et casiers

Les casiers et les nasses sont des outils parfaitement adapté à la pêche aux crustacés et aux coquillages comme les crabes, les homards, les bulots, mais aussi à certains mollusques comme la seiche ou les encornets.

Conçus spécialement pour capturer ces espèces, casiers et nasses sont constitués d’une structure rigide, à l’instar des dragues, qui est recouverte de filet. Une ouverture, appelée la goulotte, est disposée de telle manière à piéger l’animal à l’intérieur : s’il peut entrer, il pourra très difficilement sorti d’un casier ou d’une nasse. A noter, il peut y avoir plusieurs goulottes par engin.

Les casiers et les nasses sont aussi garnis d’un appât et posés par filières, c’est-à-dire qu’ils sont reliés les uns aux autres et lestés pour atteindre le fond marin. Un bateau spécialisé (soit un navire caseyeur) peut mettre à l’eau plusieurs dizaines de casiers. Ces derniers représentent également une forme de pêche sélective, dans la mesure où les animaux capturés d’une taille inférieure à la taille légale ne sont pas attrapés et donc rejetés à l’eau vivants.

A noter, ces techniques sont principalement utilisées par les pêcheurs marins. Les techniques de pêche en eau douce sont différentes et ne ciblent pas les mêmes espèces.

 

* Source des images et des données : Pavillon France, membre France Filière Pêchehttps://www.pavillonfrance.fr